Yverdon (Suisse), 29.08.03


OuterSpace Party

Live de drÖne et JuKo à Yverdon (Suisse), à
l’Amalgame dans le cadre d’une soirée de
soutien à la Maison d’Ailleurs.

La Maison D’Ailleurs est le seul musée de la Science Fiction dans le monde. Ce musée souhaitait s’agrandir et investir une structure délirante en métal sur le lac de Neuchâtel pour devenir L’Espace d’Ailleurs.


Comme les suisses ne font jamais rien à moitié quand il s’agit de démocratie directe, il y a un référendum : la soirée à l’Amalgame (un club electro) s’inscrivait dans ce contexte, puisqu’il s’agissait de promouvoir ce vote. Il y avait également un excellent groupe d’abstract hip-hop d’Yverdon (Reverse Ingineering), et des projections de films de SF tous plus kitchs les uns que les autres. La soirée fut assez délirante !

Franchement, on se demande pourquoi on n’a pas plus de clubs de ce genre en France ! L’Amalgame est tenu par une asso de bénévoles qui joue la carte de l’éclectisme : la salle est belle et grande, le son nickel, ils programment du metal, du dub, de l’electro, du hip-hop, de la drum’n’bass, des DJ pour des soirées tek plus classiques, du reggae, etc.

Super accueil de la part de notre hôte, Patrick Giger, qui dirige le Musée d’Ailleurs et avec qui on a passé deux jours bien agréables à boire des bières et à discuter.

Pour la petite histoire, la votation a été un échec pour l’Espace d’Ailleurs, puisqu’une coalition entre la droite et des écolos a refusé à 70% le projet… Il semble que les ploucs locaux, ceux de droite comme les écolos, n’ont pas apprécié le caractère futuriste de l’architecture. Le montage financier, pour lequel la ville d’Yverdon n’avait pourtant pas grand chose à apporter, a également été jugé trop complexe. Il y a peut-être d’autres raisons également à cet échec regrettable : par exemple le fait que la maison d’Ailleurs ne dispose pas d’un fond patrimonial ancré dans une tradition locale. J’imagine que l’utopie futuriste et délirante de ce musée de la SF n’a pas du plaire, ni aux écolos ni à la droite traditionaliste. Dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *