"one of us"? Pacôme Thiellement La communauté des monstres et son langage secret

Vocabulaire, jargon technique ou sociologique, lexique de la teuf, références, etc. Ici on tente d'applanir les difficultés de lecture et d'intercompréhension.

Modérateur : drÖne

Avatar du membre
Ël Rapha
Hikikomori !
Messages : 1843
Enregistré le : 13 août 2009, 00:00

"one of us"? Pacôme Thiellement La communauté des monstres et son langage secret

Messagepar Ël Rapha » 07 oct. 2017, 15:48

QUI C EST LUI ?

un mec de cinoche mi gnostique mi cadeau [mortderire.gif]











La Société secrète du spectacle La communauté des monstres et son langage secret : 1. L'Âge d'or
De tout temps la culture populaire est traversée par la nostalgie de l'Âge d'or et l'espoir d'en retrouver, ne serait-ce qu'à dose infinitésimale, des fragments. Le Grec Ovide en disait :"Sans lois, la bonne foi et l'honnêteté y étaient pratiqués". Selon les traditions venues de l'Inde, nous sommes supposés être à présent dans l'Âge de fer. Mais depuis des siècles l'esprit du carnavalesque était là pour nous rappeler cette période perdue, comme au Moyen Âge les messes joyeuses et les sermons joyeux. Pendant le carnaval on peut retrouver son être originel, il n'y a plus de différences entre homme et femme, riche et pauvre, prêtre et fou... C'est à ce niveau que le film Freaks fonctionne comme une césure. Il sort en 1932 et nous raconte un siècle d'institutionnalisation des freaks shows aux Etats-Unis. Le film de Tod Browning nous parle de l'éloignement progressif du carnavalesque qui va annonce la grande transformation du Spectacle : celui-ci va se renverser avec la télévision, et bientôt les reality shows.

La communauté des monstres et son langage secret : 2. Les auteurs de Freaks, la monstrueuse parade
Qui était "Tod" Browning (1880-1962), le réalisateur de Freaks, la monstrueuse parade ? La légende dit que c'est un gars du Kentucky qui a quitté sa famille pour un cirque dès l'âge de 6 ans... Son vrai prénom était Charles. Celui qu'il s'est choisi comme artiste vient peut-être de Tod Robbins (1888-1949), auteur de nouvelles fantastiques, dont deux récits ont été à la source de ses films – comme Freaks. Il y a eu aussi la rencontre avec l'acteur Lone Chaney (1883-1930), l'Homme aux mille visages, célèbre pour ses transformations : il peut se torturer pour se métamorphoser en êtres mutilés au grand cœur, pleins d'abnégation et d'un amour jamais payé de retour – comme un lanceur de couteaux sans bras. Il meurt en 1930, juste avant que Tod Browning tourne Dracula et Freaks. Mais il aura eu le temps d'apprendre à Tod Browning le tour qui permettra à l'actrice jouant Cleopatra de faire la femme-canard à la fin du film.

La communauté des monstres et son langage secret : 3. les acteurs qui jouent dans "Freaks" étaient des stars C'est Harry Earles, l'interprète du nain richissime dans Freaks, qui apporte au réalisateur Tod Browning la nouvelle intitulée "Spurs" : un cirque errant avec une jeune femme qui va escroquer un nain très riche en l'épousant, car elle escompte qu'il va mourir très vite. Mais dans la nouvelle de Tod Robbins le mariage est un fiasco car tous les monstres se disputent en prétendant être chacun la vrai vedette du cirque. Browning renverse complètement cette perspective qui pourtant n'était pas absurde : en 1930, les freaks sont encore des stars. Tel Johnny Eck, le cul-de-jatte qui dans la vie est aussi chef d'orchestre, joue de plusieurs instruments et a un doctorat de philosophie ; ou les sœurs siamoises Daisy et Violet Hilton, dont la presse raconte les aventures amoureuses ; Schiltze le garçon à la tête d'épingle qui se prend pour une fille est lui aussi une star à sa manière – même si les freaks n'allaient pas survivre à l'arrivée du cinéma. Browning veut raconter leur grande fraternité, leur complicité, leur magnifique société dans l'univers du show : un monde où on doit montrer sa singularité, sa monstruosité...

La communauté des monstres et son langage secret : 4. Le retour des freaks dans un monde trop humain
Il faudra un certain développement de la télévision pour qu'on retourne la caméra vers nous, avec l'arrivée des émissions de téléréalité. Ce qui se donne à voir avec Le Loft, a écrit Baudrillard en 2001 dans son texte L'Elevage de poussière, c'est qu'on voit qu'il n'y a rien à voir : on observe qu'on n'y voit rien, rien hormis ce qu'il y a de pire, le vide. Ou, comme le disait déjà Benjamin : "vivre sa propre destruction comme une sensation esthétique de premier ordre." La disparition des freaks – qui nous disaient l'étendue infinie de la création –, laisse un vide immense à combler. Le film, qui date de 1932, reparaît dans les années soixante. Frank Zappa le voit et lance le mouvement "freaks" qui précède celui des hippies : il s'agit de devenir monstre, de fonder une société de freaks, pour sauver l'Humanité. Déguisés ils s'en vont danser bizarrement dans les fêtes d'Hollywood. Ils sont les premiers à se rendre compte que les films d'horreur devaient être réinvestis sous forme carnavalesque. C'est que les anciens dieux abandonnés demandent à revenir dans le monde des hommes, par exemple sous la forme des monstres des romans gothiques du XIXe siècle. King Kong, qui fascinait Zappa, représente bien ces puissances qui nous aidaient à vivre et qui se retournent contre nous quand on ne les accepte plus.

La communauté des monstres et son langage secret : 5. Etre chez soi dans l'errance
enfin Après le mouvement "freaks" lancé par Zappa vient le mouvement hippie : un retour vers l'Homme, le beautiful, le mignon. Le monstrueux se retire à nouveau et donc ne peut pas ne pas reparaître ailleurs d'une façon extrêmement menaçante. Aujourd'hui on semble si loin de ces saturnales, de l'Âge d'or, de toutes les fêtes carnavalesques. On est passé du spectacle avec des humains en scène aux images animées du cinéma, puis à la vision de ces images depuis chez soi avec la télévision. Progressivement la solitude a commencé à s'imposer. La séparation est devenue de plus en plus grande. C'est à ce moment-là que le combat entre la forme monstrueuse et la forme humaine devient le combat de chacun. Pas besoin de s'en rendre compte. Les corps s'en rendent compte. Ils deviennent monstrueux. Tous les progrès de la science pour éradiquer les formes monstrueuses en produisent de nouvelles. On empêche les monstres de naître, mais on le devient mentalement et physiquement en devenant de plus en plus vieux. A mesure que le carnavalesque disparaît, l'apocalyptique s'impose. L'Apocalypse est le moment où il n'y a plus de procédures carnavalesque pour la régler. L'Apocalypse arrive dès lors qu'on ne peut plus faire ressurgir la vie. Quand elle est entrée dans un processus de mort. Mais la part lumineuse de l'Apocalypse — car vous le savez l'Apocalypse est aussi une mariée qui retire son voile — c'est le moment du combat intérieur où on découvre son vrai visage. Il y a une série qui a très bien parlé de tout ça : La Caravane de l'étrange (Carnivàle). Après la résurgence des freakshows avec Zappa ou sous un aspect mélancolique dans les disques des Residents, il y a eu le roman de Teodore Sturgeon, Cristal qui songe (un enfant rejoint un groupe de monstres pour devenir l'un d'entre eux), qui raconte comment transformer sa vie en œuvre d'art, à la manière de la dissonance qui nous rappelle que le système tonal est extrêmement récent et moderne – artificiel, imposé, pour faire disparaître toute la microtonalité. Dans le roman l'enfant se rend compte que la forme freaks est originelle et que la forme humaine à laquelle il a essayé de se conformer est extrêmement récente. La série Carnivàle s'est arrêtée après deux saisons (alors que 6 étaient prévues). Elle suit deux lignes de récit. 1° Le voyage d'un cirque de monstres dans les Etats-Unis, qui traverse d'abord des villes réelles, puis des villes imaginaires. 2° L'ascension d'un prêtre méthodiste qui va devenir énorme à travers l'église des ondes : la radio. Il est un avatar des forces destructrices, "La Main gauche de Dieu" ou "Le Passeur de destruction". L'idée de la série : la vérité est protégée par l'illusion, elle est détruite par la transparence. C'est la première fois qu'on trouve une fiction qui réunit la pensée traditionnelle et tous les apports de la modernité — c'est une réflexion sur le pouvoir pastoral : ça peut être entre les mains des prêtres que le mal se transmet. La série se déroule pendant la Grande Dépression et se présente comme une apocalypse : la fin des freakshows a lieu au moment de la prise du pouvoir de la radio chez les gens. Lorsqu'on invente un nouveau rapport à la solitude. Le monde qui s'invite chez vous par les moyens de communication n'est pas du tout le monde de l'illusion. Ce qu'il a de positif, c'est qu'il fait de vous-même — de votre corps — le lieu même du combat, le lieu de l'Apocalypse. Il est important aujourd'hui d'arriver à concevoir sa propre personne comme un lieu de combat entre les forces de l'homme et les forces des freaks… d'être chez soi dans l'errance enfin. Mais pour cela il faut parvenir à recréer cette forme d'amitié qu'ont les freaks entre eux en sortant de l'esprit de concurrence propre à l'Homme. Chez les freaks, il n'y a que des singularités, personne ne peut dire : "Je suis Schlitze à la place de Schlitze."








Avatar du membre
Ël Rapha
Hikikomori !
Messages : 1843
Enregistré le : 13 août 2009, 00:00

Re: "one of us"? Pacôme Thiellement La communauté des monstres et son langage secret

Messagepar Ël Rapha » 07 oct. 2017, 15:57

edit

Avatar du membre
Ël Rapha
Hikikomori !
Messages : 1843
Enregistré le : 13 août 2009, 00:00

Re: "one of us"? Pacôme Thiellement La communauté des monstres et son langage secret

Messagepar Ël Rapha » 07 oct. 2017, 16:05


Avatar du membre
juko
Hikikomori !
Messages : 1246
Enregistré le : 06 oct. 2002, 16:00
Localisation : ngc224, messier31
Contact :

Re: "one of us"? Pacôme Thiellement La communauté des monstres et son langage secret

Messagepar juko » 08 oct. 2017, 19:48

ce type est fou il cause dans l'emission de F cul "Mauvais genre" de François Angelier, top

Avatar du membre
Ël Rapha
Hikikomori !
Messages : 1843
Enregistré le : 13 août 2009, 00:00

Re: "one of us"? Pacôme Thiellement La communauté des monstres et son langage secret

Messagepar Ël Rapha » 10 oct. 2017, 10:23

hey merci Juko ! je vais aller écouter cette émission .


Retourner vers « > Intercompréhension < »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron