Il fait chaud et on va tous crever

Ici on discute de thèmes environnementaux : écologie scientifique et/ou écologie politique, décroissance, etc.

Modérateurs : drÖne, LLB

Avatar du membre
drÖne
Présidictateur
Messages : 7524
Enregistré le : 05 oct. 2002, 22:35
Localisation : Présidictature de Drönésie Orientale
Contact :

Il fait chaud et on va tous crever

Messagepar drÖne » 27 sept. 2006, 22:34

Enfin, pas tout de suite...

Une visualisation du réchauffement de la planète d'après la NASA :

http://www.nasa.gov/mpeg/159152main_tem ... e_web.mpeg

Une série d'animations de la Nasa concernant les changements climatiques :

http://www.nasa.gov/centers/goddard/ear ... hange.html

Mon conseil pour devenir riche : investir dans les anti UV avant 2030.

+A+


drÖne
d'où, chose remarquable, rien ne s'ensuit...

staivair
roommate
Messages : 51
Enregistré le : 05 août 2005, 09:47
Localisation : sud-est france

Messagepar staivair » 28 sept. 2006, 14:41

mais non on va pas tous crever !!! les pauvres oui mais pas les riches ....
et puis la terre n'est pas immobile et éternelle, elle change, que ce soit à cause d'un météorite, d'une éruption volcanique, de son noyau ou des humains, elle se modifit, faut juste s'adapter, ce que fait très bien le vivant.
Sinon en me penchant un peut sur les problèmes de climatologie à travers divers vulgarisation de grands scientifiques, tout ce que je comprend c'est qu'on y comprend rien : trop complexe.


rien n'est vrai, rien n'est possible

Avatar du membre
drÖne
Présidictateur
Messages : 7524
Enregistré le : 05 oct. 2002, 22:35
Localisation : Présidictature de Drönésie Orientale
Contact :

Messagepar drÖne » 28 sept. 2006, 17:41

Si si on a quand même compris quelque chose depuis un an ou deux : il y a aujourd'hui un consensus réel de la communauté scientifique internationale sur le caractère catastrophique des changements climatiques et du réchauffement de la planète, ainsi que sur l'origine humaine de ces changements (même partiellement). On n'en est plus au stade des hypothèses ou des doutes : ce qui est nouveau, c'est que les scientifiques ont maintenant des certitudes (et surtout des craintes) qui s'expriment à travers des appels publics lancés dans diverses académies des sciences ou dans les médias.

Donc, on va tous crever rapidement (enfin, bon, pas nous là tout de suite, mais nos petits enfants ou leurs enfants auront sans doute chaud aux fesses... l'horizon de la disparition des grands glaciers par exemple c'est 2020), et en plus on sait pourquoi : c'est ce pourquoi les mêmes scientifiques parlaient "d'irrationalité" des publics ou de "trop grande compléxité des phénomènes", ou encore "d'incertitudes" il y a seulement 3 ans. Dingue, non ?

Mais c'est vrai que les pauvres et les basannés crèveront plus vite et dans des souffrances sans doute plus atroces : ouf ! L'honneur de l'occident industrialisé et rationnel est sauf !

+A+


drÖne
d'où, chose remarquable, rien ne s'ensuit...

chris
Panzer Kontorsion
Panzer Kontorsion
Messages : 525
Enregistré le : 06 juil. 2004, 11:40

Messagepar chris » 28 sept. 2006, 17:50

On va tous crever de SOIF ......les plus pauvres et basanés en premier c'est sur.........quelle horreur comme destin pour l'humanité .....pas possible d'envisager pire pour la potomane que je suis......l'eau va manquer....



Avatar du membre
drÖne
Présidictateur
Messages : 7524
Enregistré le : 05 oct. 2002, 22:35
Localisation : Présidictature de Drönésie Orientale
Contact :

Messagepar drÖne » 28 sept. 2006, 20:21

Le climatologue James Hansen prédit un sombre avenir à la Terre
LE MONDE | 28.09.06 | 15h19 • Mis à jour le 28.09.06 | 15h19

C'est une publication à la fois mineure et fondamentale que cosigne, mardi 26 septembre dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, le grand climatologue américain James Hansen. Mineure parce qu'elle n'apporte aucune donnée nouvelle. Fondamentale parce qu'elle rassemble et met en perspective, sous la signature du directeur du Goddard Institute for Space Studies (GISS), les données disponibles sur l'état climatique de la planète.

Le bilan est sombre. L'année 2005 est la plus chaude jamais enregistrée. La température moyenne de la Terre a augmenté de 0,8 ºC en un siècle. A elles seules, les trois dernières décennies ont vu une augmentation moyenne de 0,6 0C, ce qui traduit une inquiétante accélération du processus. L'analyse des sédiments marins du Pacifique équatorial et de l'océan Indien suggère, selon M. Hansen et ses collègues, que les températures actuelles sont dans la fourchette haute de celles qui prévalent depuis le début de l'Holocène, il y a 12 000 ans.

"Jusqu'à présent, personne ne s'était risqué à comparer les températures actuelles avec celles de périodes aussi lointaines, souligne Valérie Masson-Delmotte, chercheur au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE). On s'arrêtait jusqu'ici, dans la littérature scientifique, aux 250 dernières années." Cette comparaison, explique James Hansen dans un communiqué, "signifie qu'un réchauffement supplémentaire d'un degré celsius définit un niveau critique". "Si l'augmentation moyenne des températures est maintenue sous ce seuil, les effets du changement climatique pourraient être relativement gérables, poursuit le climatologue, qui avait dénoncé, en 2005, la censure de ses travaux par l'administration centrale de la NASA. Mais si le réchauffement à venir atteint 2 ou 3 degrés celsius, nous verrons sans doute des changements qui feront de la Terre une planète différente de celle que nous connaissons."

Fait rarissime dans la littérature scientifique, James Hansen fait référence à une oeuvre de fiction, en démontant la théorie développée par Michael Crichton dans son dernier roman (Etat d'urgence, éd. Robert Laffont, 646 p., 44 €), selon laquelle les mesures de température des stations terrestres seraient faussées par le développement urbain de ces dernières décennies, qui aurait "pollué" les données. Pour le climatologue Gavin Schmidt, du GISS, cette exception est justifiée par "la grande influence du livre de Crichton dans le discours public".

La conclusion de M. Hansen est qu'il faut désormais stimuler les discussions autour de procédés de géo-ingénierie pour contrecarrer artificiellement le réchauffement. Le danger étant, ajoute-t-il, que ces projets occultent les efforts déjà engagés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Stéphane Foucart
Article paru dans l'édition du 29.09.06
il faut désormais stimuler les discussions autour de procédés de géo-ingénierie pour contrecarrer artificiellement le réchauffement

Ah ouais, c'estc ool, on va tous ouvrir nos frigos en même temps, ça va résoudre tous nos problèmes. Et comme ça, au moins, on ne risque pas de changer de modèle de développement...

Trop cons ces scientifiques. Trop cons jusqu'au bout...

+A+


drÖne
d'où, chose remarquable, rien ne s'ensuit...

geronimo l'insoumis
djeunz of ze room
Messages : 25
Enregistré le : 15 déc. 2005, 15:25

Messagepar geronimo l'insoumis » 28 sept. 2006, 21:39

SELECTION NATURELLE !
si nous devont disparaitre, cela ne me gène aucunement. Ce sera peut-être dans la douleur mais bon,... nous avons semé et consommé pire !!!
Alors que l'espèce humaine cède rapidement sa place de dominatrice à une espèce plus apte à dominer sans détruire.



Avatar du membre
drÖne
Présidictateur
Messages : 7524
Enregistré le : 05 oct. 2002, 22:35
Localisation : Présidictature de Drönésie Orientale
Contact :

Messagepar drÖne » 28 sept. 2006, 22:13

En plus, on va avoir un temps humide : chaud et humide. C'est pas madame Soleil qui le dit, mais le CNRS :

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/d ... fement.htm
Le réchauffement climatique


Le réchauffement climatique tant annoncé pourrait bien avoir lieu. Cette question semblait faire l’unanimité parmi les centaines d’experts du monde entier réunis lors du Comité intergouvernemental des Nations unies sur les changements climatiques (IPCC) le 19 février 2001.

La température de l’air a en effet augmenté en moyenne de 0,6°Celsius au cours du XXe siècle. Cela peut sembler très faible et pourtant : seulement 7°Celsius séparaient la période glaciaire qu’a connue notre planète il y a 20 000 ans, de celle plus chaude qu’elle a connue il y a 7000 ans ! Les premières conséquences de ce réchauffement sont déjà visibles : diminution de 10 % de la couverture neigeuse dans l’hémisphère Nord depuis les années 1960, recul des placiers de montagne, élévation de 10 à 20 centimètres du niveau des océans au cours du XXe siècle, augmentation des précipitations, des inondations ou des sécheresses, dégel du pergélisol…

Aujourd’hui, quasiment tous les scientifiques s’accordent à imputer l’essentiel de cette évolution sur les dernières décennies du XXe siècle aux gaz à effet de serre produits par les activités humaines. Le principal responsable est le gaz carbonique qui représente 70 % des émissions, puis vient le méthane. Leur concentration dans l’atmosphère n’arrête pas d’augmenter depuis le début de l’ère industrielle : depuis 1750, la concentration en gaz carbonique a augmenté de 31 % et celle en méthane de 150 %. Une partie de ces gaz reste dans l’atmosphère et le reste est absorbé par les océans et les végétaux.

Si aujourd’hui, l’état des connaissances scientifiques et les modèles utilisés par les climatologues ne permettent pas de faire de prédictions fines à l’échelle régionale, ils permettent de prédire globalement à l’échelle de la planète les grandes évolutions auxquelles il faut s’attendre. Or, les prévisions sont alarmistes : un réchauffement de 1,4 à 5,8°Celsius est en effet prévu d’ici à la fin du XXIe siècle, la plus forte augmentation qu’aura connue la Terre depuis environ 10 000 ans.

Mais ne nous y trompons pas. Notre planète sera plus chaude mais deviendrait aussi plus humide. Les modèles prévoient que la nouvelle répartition des pluies accentuerait encore les inégalités existantes : les régions équatoriales recevraient plus d’eau, contrairement aux régions subtropicales et méditerranéennes dont la sécheresse augmenterait et dont les ressources hydriques diminueraient. Finalement, les pays les plus fragiles vis-à-vis de leurs ressources en eau le deviendraient encore davantage.

En outre, les scientifiques prévoient d’ici à 2100 la fonte partielle ou totale des glaciers, 98 % d’entre eux étant actuellement en régression., et une élévation moyenne du niveau des océans comprise entre 9 et 88 centimètres.
Si rien n’est fait, certaines modifications pourraient devenir irréversibles au-delà de la deuxième moitié du XXIe siècle. Le seul moyen de freiner cette évolution est de réduire les émissions des gaz à effet de serre.
Voilà qui devrait rassurer Chris : on crèvera de chaud, mais pas de soif.

+A+


drÖne
d'où, chose remarquable, rien ne s'ensuit...

staivair
roommate
Messages : 51
Enregistré le : 05 août 2005, 09:47
Localisation : sud-est france

Messagepar staivair » 28 sept. 2006, 23:00

C'est vrai que c'est risible ...
s'il s'agissait seulement de réduire les gaz a effet de serre ce serait simple, il faut surtout que les gens soit moins débil et qu'il respecte les choses, je dit ça mais je suis un consomatteur modèle même si je bouffe bio local et que je vais au taff à pied et autres...
On va droit dans le mûre et impossible d'arrêter le TGV !!!! ARRRRhhh !!

il parait aussi qu'on va avoir une nouvelle ère glaciaire en Europe, faut que je retrouve l'hypothèse sérieuse, c'est par rapport au Gulf Stream.
Faut que je retrouve aussi des publications sur un scientifique qui parle du réchauffement climatique, qui pour lui n'est pas mondial, en Europe c'est plus chaud mais en Chine et en amérique de l'est les températures baissent.

Une chose est sûre c'est que les choses change, on modifit les forêts, 15000 espèces (1/4) sont menacées de disparitions, on puise sans vergogne dans toutes les ressources naturelles (épuisement du pétrole, du gaz, du charbon, etc ...), pour les sociétés de blancs évolués technologiquement la terre est un support inerte qu'il faut faire travailler pour produire tout un tas de choses inutiles, pour le plus grand bien de certains, aucun respect pour la nature.

L'humain est bizarre quand même, je le saisirait jamais.
En tout cas rien ne l'arrêtera dans sa course folle ...


rien n'est vrai, rien n'est possible

Avatar du membre
TouF
Eraserhead
Messages : 876
Enregistré le : 02 déc. 2004, 16:30
Localisation : à coté de ses pompes ...

Messagepar TouF » 29 sept. 2006, 07:16

je me permet de mettre un lien vers le forum préféré du présidictateur :wink: où chaosmoz et le zink (entre autre) ont fort agréablement habillés le sujet
http://www.tekalombre.net/tekalombre/vi ... sc&start=0


Hors-la-Vie

staivair
roommate
Messages : 51
Enregistré le : 05 août 2005, 09:47
Localisation : sud-est france

Messagepar staivair » 03 oct. 2006, 14:31

en tout cas un autre truc qui est sûre, en plus de savoir que ce bordel écologique est de notre faute, est que ni vous ni moi sur ce forum ou ailleurs dans nos entourages ne fait quelque chose de vraiment conséquent (je parle pas de mettre bien sagement ces ordures dans les poubelles colorées, ni de rouler ou manger bio), la preuve on discute encore de cela et d'autres broutilles sur internet.
De toute façon à l'allure ou la machine économique avance c'est très dure de l'arrêter...mais le mur en face se rapproche de plus en plus ... on verra de toute façon, chaque génération laisse à la suivante son fardeau, et puis après nous le déluge, vivons le temps présent à fond, la conscience de cette prétendu catastrophe ne sert que nos petites angoisses.


rien n'est vrai, rien n'est possible


Retourner vers « > Environnement < »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron