Encyclopédie déraisonnable des idées reçues : 1. Sémiologue

Vocabulaire, jargon technique ou sociologique, lexique de la teuf, références, etc. Ici on tente d'applanir les difficultés de lecture et d'intercompréhension.

Modérateur : drÖne

Répondre
Avatar du membre
drÖne
Présidictateur
Messages : 7680
Enregistré le : 05 oct. 2002, 22:35
Localisation : Présidictature de Drönésie Orientale
Contact :

Encyclopédie déraisonnable des idées reçues : 1. Sémiologue

Message par drÖne »

Sémiologue : subst., commun. Spécialiste de sémiologie. Le sémiologue est généralement un individu barbu, portant parfois des lunettes, et persuadé d'hériter d'une mission émancipatrice. Il lui revient d'inculquer au peuple la différence entre le mot et la chose, entre le signe et son objet. Par exemple, une fois monté en chaire, le sémiologue dira à quel point il faut bien faire attention à ne pas confondre une publicité pour de la bière montrant un verre recouvert de gouttelettes d'eau et un véritable verre de bière glacée bu à une terrasse de café. Le sémiologue s'emportera également contre tous ses contemporains qui ne font pas la distinction entre la carte et le territoire.

Image

On voit sur cette photo un sémiologue dans l'exercice de ses fonctions : il explique doctement la différence entre le mot "coude" et son coude véritable.

Cette forme extrême de névrose obsessionnelle s'explique facilement : le sémiologue, généralement issu des couches les plus cultivées et aisées de la société, ne fréquente pas les bars et ne conduit pas lui-même sa voiture, contrairement au peuple qui, lui, sait bien faire la différence entre une publicité pour de la bière et un verre de Kanterbrau, ou entre une carte Michelin et la RN 7 un jour de grand embouteillage.

Image

Voici maintenant un sémiologue nous expliquant la différence entre le mot "doigt" et son doigt véritable

Image

Sémiologue méditant sur la différence entre l'expression "se rouler les pouces" et l'acte pragmatique du roulage de pouces.

Certains sémiologues sont exceptionnellement glabres et ne portent pas de lunettes. Il s'agit de sémiologues dits "structuralistes", car la structure de leur nez ne permet pas le port d'instruments optiques. Comme il leur est plus difficile de démontrer la différence entre le mot et la chose, n'étant pas équipés des instruments d'optique adéquats, on les reconnaîtra aisément à leur trait le plus caractéristique, vouloir à tout prix nous expliquer la différence entre deux mots incompréhensibles :

Image

Sémiologue s'insurgeant contre la confusion récurrente dans les classes populaires entre le concept d'hétérodiégèse et celui d'homodiégèse.
drÖne
d'où, chose remarquable, rien ne s'ensuit...
Avatar du membre
120 db
Héro du quotidien
Messages : 167
Enregistré le : 18 avr. 2006, 23:32

Message par 120 db »

jai trouver ce bel exemple de Sémiologie
Image

À notre gauche Ségolène, de plus en plus Royale…
À notre droite, un cran en dessous, Monsieur Loyal, coûte que coûte !

Cette image d'actualité, détournée au profit d'une campagne d'affichage pour la célèbre station de radio d'un grand-duché d'Europe, est un régal pour le sémiologue - apprenti ou expérimenté.

Madame, le sourire radieux, le regard franc et conquérant, les poings serrés détachés du corps, est prête à se battre.
Monsieur, le sourire crispé, l'air nigaud, les mains dans les poches fait le dos rond.
Madame, affiche une allure élancée, bien droite dans ses bottes, quasi hiératique.
Monsieur offre une silhouette rondouillarde, tout en sinuosités dociles dans une pose digne d'un tableau baroque.
Hasard ou volonté de la mise en page, le logo de l'annonceur forme un immense cache-sexe.
C'est qu'en ce moment, chez les socialistes et ailleurs,
les femmes ont les sondages en poupes. Il est donc préférable
de cacher ce sexe dit «fort», qui politiquement n'est pas
au meilleur de sa forme. La preuve, c'est que Madame domine Monsieur d'une demi-tête que l'on imagine bien pleine.

Dans son ouvrage Mythologies, Roland Barthes, consacre
un court chapitre à la photogénie électorale. Il y précise que :
«…la photographie électorale suppose une complicité : la photo est miroir, elle donne à lire du familier, du connu, elle propose
à l'électeur sa propre effigie (…) l'électeur se trouve à la fois exprimé et héroïsé, il est invité à s'élire soi-même, à charger
le mandat qu'il va donner d'un véritable transfert physique :
il fait délégation de sa "race".»

Certes nous ne somme pas encore en campagne… quoique !
Cette image est un moment, figé par le photojournaliste, et non
la mise en scène (mise en sens) d'un portrait officiel de candidate.
Mais déjà le miroir est à l'œuvre.


source = http://jpdubs.hautetfort.com/chroniques_cyclothimiques/
68 K PAR K
Répondre