Babbon's blood (la cuisine des sorcières de Macbeth)

Recettes de cuisine post-industrielle, fabrication de cocktails viraux, mode vestimentaire de l'ère sécuritaire, agriculture génétiquement modifiée : vive l'auto-production ?

Modérateur : drÖne

Répondre
Avatar du membre
drÖne
Présidictateur
Messages : 7728
Enregistré le : 05 oct. 2002, 22:35
Localisation : Présidictature de Drönésie Orientale
Contact :

Babbon's blood (la cuisine des sorcières de Macbeth)

Message par drÖne »

Un plat de sabbath, à composer en écoutant "Baboon's blood" d'Art Zoyd. C'est ce morceau d'Art Zoyd qui a attiré mon attention sur cette partie d'une pièce de Shakespeare où des sorcières se lancent dans la préparation d'un plat typiquement drönésien. Bonne dégustation...

William Shakespeare, [Référence : Oeuvre complète de Shakespeare, tome III, Les tyrans. Macbeth. Le roi Jean. Richard III, Pagnerre, 1866, Paris, pages 133 à 140.] Macbeth traduit de l'anglais par François-Victor Hugo

Extrait - Scène 16

(Une caverne obscure. Au milieu un chaudron bouillant. Tonnerre.)

Entrent les TROIS SORCIERES.

PREMIÈRE SORCIÈRE.
Trois fois le chat tacheté a miaulé.

DEUXIÈME SORCIÈRE.
Trois fois; et une fois le hérisson a grogné.

TROISIÈME SORCIÈRE.
La harpie crie: il est temps ! il est temps !

PREMIÈRE SORCIÈRE.
Tournons en rond autour du chaudron,
Et jetons-y les entrailles empoisonnées.
Crapaud qui, sous la froide pierre,
Endormi trente-un jours et trente-une nuits,
As mitonné dans ton venin,
Bous le premier dans le pot enchanté.

TOUTES TROIS.
Double, double, peine et trouble !
Feu, brûle, et, chaudron, bouillonne !

DEUXIEME SORCIÈRE.
Filet de couleuvre de marais,
Dans le chaudron bous et cuis.
Œil de salamandre, orteil de grenouille,
Poil de chauve-souris et langue de chien,
Langue fourchue de vipère, dard de reptile aveugle,
Patte de lézard, aile de hibou,
Pour faire un charme puissant en trouble,
Bouillez et écumez comme une soupe d'enfer.

TOUTES TROIS.
Double, double, peine et trouble !
Feu, brûle, et, chaudron, bouillonne !

TROISIÈME SORCIÈRE.
Écaille de dragon, dent de loup,
Momie de sorcière, estomac et gueule
De requin dévorant des mers,
Racine de ciguë arrachée dans l'ombre,
Foie de juif blasphémateur,
Fiel de bouc, branches d'if
Cassées dans une éclipse de lune,
Nez de Turc et lèvre de Tartare,
Doigt d'un marmot étranglé en naissant
Et mis bas par une drôlesse dans un fossé,
Faites une bouillie épaisse et visqueuse;
Ajoutons les boyaux de tigre,
Comme ingrédient dans notre chaudron.

TOUTES TROIS.
Double, double, peine et trouble !
Feu, brûle, et, chaudron, bouillonne !

DEUXIÈME SORCIÈRE.
Refroidissons le tout avec du sang de babouin,
Et le charme sera solide et bon.

Entrent HÉCATE et TROIS AUTRES SORCIÈRES.

HÉCATE.
Oh ! c'est bien ! j'approuve votre besogne; et chacune aura part au profit. Maintenant, tout autour du chaudron, entonnez une ronde comme les elfes et les fées, pour enchanter ce que vous y avez mis.

CHANSON :

HÉCATE.
Noirs esprits et esprits blancs, rouges esprits et esprits gris,
Mêlez, mêlez, mêlez, vous qui pouvez mêler.
Titty, Tiffin, épaississez la soupe;
Firedrake, Puckey, faites-la propice;
Liard, Robin, trémoussez-vous dedans.,
En rond ! en rond ! en rond ! autour ! autour !
Que tout mal accoure dedans et tout bien s'en éloigne !

PREMIÈRE SORCIÈRE.
Voici le sang d'une chauve-souris.

HÉCATE.
Mets-le ! oh ! mets-le !

DEUXIÈME SORCIÈRE.
Voici l'écume d'un léopard.

HÉCATE,
Mets-la aussi.

PREMIÈRE SORCIÈRE.
Le jus d'un crapaud, l'huile d'une couleuvre.

DEUXIÈME SORCIÈRE.
Cela rendra plus fou notre jouvenceau.

TOUTES.
En rond ! en rond ! en rond !

DEUXIÈME SORCIÈRE.
Au picotement de mes pouces, je sens qu'un maudit vient par ici. Ouvrez, serrures, à quiconque frappe !
On frappe. Entre MACBETH.

MACBETH.
Eh bien ! mystérieuses et noires larves de minuit, que faites-vous ?

TOUTES TROIS.
Une œuvre sans nom.

MACBETH.
Je vous en conjure, au nom de la chose que vous professez, quels que soient vos moyens de savoir, répondez-moi ! Dussiez-vous déchaîner les vents et les lancer à l'assaut des églises, dussent les vagues écumantes détruire et engloutir toutes les marines, dussent les blés en épis être couchés, et les arbres abattus, dussent les châteaux s'écrouler sur ceux qui les gardent, dussent les palais et les pyramides renverser leurs têtes sur leurs fondements, dussent du trésor de la nature tomber pêle-mêle tous les germes, jusqu'à ce que la destruction même soit écœurée, répondez -à ce que je vous demande.

PREMIÈRE SORCIÈRE.
Parle.

DEUXIÈME SORCIÈRE.
Questionne.

TROISIÈME SORCIÈRE.
Nous répondrons.

PREMIÈRE SORCIÈRE.
Dis, aimes-tu mieux tout savoir de notre bouche ou de celle de nos maîtres ?

MACBETH.
Appelez-les ! faites-les-moi voir.

PREMIÈRE SORCIÈRE.
Versons le sang d'une truie qui a mangé ses neuf pourceaux; prenons de la graisse qui a suinté du gibet d'un meurtrier, et jetons-la dans la flamme.
drÖne
d'où, chose remarquable, rien ne s'ensuit...
Répondre