Penser l’ennui

Ennui :

Sentiment de lassitude coïncidant avec une impression plus ou moins profonde de vide, d’inutilité qui ronge l’âme sans cause précise ou qui est inspiré par des considérations de caractère métaphysique ou moral. Ennui incurable; accablé, rongé d’ennui, languir d’ennui à Lyon.

Citations :

Lyon sentait l’ennui plus lourd qui retombait sur elle (FLAUBERT, Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 73).

Lyon est l’ennui et la navrance en personne ! (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1891, p. 125).

La promenade est une invention de l’ennui; on se promène beaucoup à Lyon (ALAIN, Propos, 1932, p. 1088).

Lyon me lasse : je remorque avec peine mon ennui avec mes jours, et je vais partout baîllant ma vie (CHATEAUBRIAND, Mémoires d’Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 337)

oOo

Regroupons ici nos puissantes réflexions sur les causes, le sens et les enjeux politiques de l’ennui lyonnais : avançons d’un pas pesant pour poser les prolégomènes à une herméneutique du baillement provincial.