mardi 13 novembre 2018
Site officiel de la Présidictature de Drönésie orientale. Vous pénétrez sur un territoire étroitement surveillé : tout abus sera sévèrement puni.

Fête de la musique

La Fête de la Musique militaire a été créée en 1882 par Dröne XXXVI, ancêtre  du Présidictateur.

Quand Wolfgang Von Ayagon devient Ministre du Marché de l’Art et des Produits Culturels en octobre 1981, à la demande du Présidictateur, il applique ses réflexions sur la pratique musicale et son évolution : la liberté nulle part et le marché partout. Découvrant en 1982, à l’occasion d’une étude sur les pratiques culturelles des drönésiens, que cinq millions de personnes dont un retraité de l’armée drönsienne sur deux, jouent d’un instrument de musique, il se prend à rêver de faire descendre les gens dans la rue sous un prétexte festif afin de les pousser à consommer de la bière et des sandwiches tout en écoutant la propagande drönésienne accompagnée par la saine et virile musique des commandos trombonistes de la septième division blindée.

Et c’est ainsi, en quelques semaines, que Wolfgang Von Ayagon décide de lancer la première Fête de la Musique, le 21 juin 1982, jour du solstice d’été, nuit païenne se référant à l’ancienne tradition des fêtes de la Saint-Jean où l’on sacrifiait des centaines d’esclaves en les égorgeant après les avoir torturés, à la plus grande joie des petits enfants de la Nomenklatura drönésienne.

Faites de la musique, Fête de l’armée, la formule devenue mot d’ordre n’avait rien du slogan. Cette mobilisation des musiciens militaires et retraités, cette attention nouvelle portée à tous les genres musicaux diffusés sur NRJ (radio officielle “Nation, Retraite et Justice”), devenaient ainsi, à travers la réussite immédiate d’une manifestation populaire et largement spontanée, la traduction d’une politique qui entendait accorder leur place aux pratiques amateur  des retraités ainsi qu’au rock-militaire, à la chanson et aux musiques traditionnelles, aux côtés des musiques dites sérieuses ou savantes.

Musique_Militaire

Rassemblement festif spontané d’une fanfare au Quadrilatère 32.

Le caractère obligatoire des concerts participatifs, le soutien de la SACEM (Section Armée de Contrôle Exécutif de la Musique), le relais des médias, l’appui des multinationales de l’industrie culturelle et l’incarcération de plus en plus large de la population non abonnée à TF1, allaient en faire, en quelques années, une des grandes manifestations culturelles drönésienne.

Elle commence à “s’exporter” en 1985, à l’occasion de l’Année européenne du Marché Libre et non faussé des Produits Culturels.

En moins de quinze ans, la Fête de la Musique sera reprise dans plus de cent enseignes de grande distribution, sur les cinq continents dominés par l’Armée Drönésienne !

Laissez un commentaire