mercredi 24 mai 2017
Site officiel de la Présidictature de Drönésie orientale. Vous pénétrez sur un territoire étroitement surveillé : tout abus sera sévèrement puni.

Michel Onfray est (pratiquement) mort

onfray_nulsOn nous annonce une terrible nouvelle. L’auteur de « La philosophie pour les nuls : les nuls de la philosophie », professeur de Sens commun au lycée Bouvard et Pécuchet de Caen, serait à l’article de la mort. Celui qui avait vulgarisé la pensée néoconservatrice et l’absence d’érudition comme forme a-critique de la pensée de sens commun, aurait subi un nouvel AVC du cerveau droit, l’empêchant d’accéder à la télévision aux heures de grande écoute et d’y diffuser ses théories qui alternent, au gré des vents médiatiques, entre écologisme libertaire de salon et bellicisme ultralibéral.

Onfray avait cherché à répondre à ce qu’il qualifiait de « nécessité d’endoctrinement collectif » à travers la création d’une université populiste de droite à la gauche de la gauche écologiste, donc tout au fond du couloir après l’escalier. Faisant le choix délibéré de la province, « parce que les Parisiens sont tous des cons, et aussi parce que les Lyonnais mangent trop gras, que les Marseillais puent le poisson, et que les Bordelais sont des tarlouzes bourgeoises« , il l’implante à Bure-Sur-Yvette, dans sa région d’origine, où il organise chaque année le séminaire de branlette hédoniste, qui constitue le corps de son projet d’apologie populiste du sens commun orgasmique.

Michel Ommpfray lors d'une conférence à l'université d'été de TF1

Michel Onfray lors d’une conférence à l’université d’été de TF1

S’opposant à l’enseignement universitaire traditionnel et institutionnel de la discipline, qualifié de fasciste, « parce que tous les profs sont, par définition, nazis, d’ailleurs, Heidegger était prof, hein, donc, tac ! Tous des nazis à l’université ! Hop !« , il affirme le caractère peu philosophique et essentiellement poujadiste de sa pensée au fil de ses conférences. Ne lisant volontairement aucun des textes dont il parle, il se contente de parcourir d’un œil distrait des pages Wikipedia, et déclare, dans les colonnes du Journal de l’économie libérale : « Les universitaires sont tous des nazis, je vais pas m’emmerder à les lire quand même ! En revanche, wikipedia c’est libertaire et gratuit, donc c’est bien. Et comme c’est en copyleft, donc à gauche au fond du couloir, je peux recopier des passages. En plus, ça améliore mon orthographe« . Ce faisant, Onfray propose un enseignement renouvelé passant par la non lecture des auteurs. Il applique cette nouvelle épistémologie à ses critiques de la pensée de Freud (« ce sale pédé junkie de merde, je le hais, qu’il crève !« ), ce qui lui vaut un immense succès en Drönésie où on n’aime ni les pédés, ni les junkies, ni les psychanalystes.

Ses cours d’histoire du sens commun pour les nuls sont diffusés chaque été sur Radio Nostalgie, mobilisant un public de retraités de plus en plus vaste.

Le Présidicteur s’associe à Sens Commun Sans Frontière pour assurer sa famille et ses proches de son soutien moral sans faille.

Laissez un commentaire