samedi 25 mars 2017
Site officiel de la Présidictature de Drönésie orientale. Vous pénétrez sur un territoire étroitement surveillé : tout abus sera sévèrement puni.

Ministère des bombardements

Carl_gunther

Carl Günther

Ministre des bombardements

Le ministère des bombardements a pour mission de rendre accessibles au plus grand nombre les œuvres bombardières de l’humanité, et d’abord de la Drönésie.
À ce titre, il conduit la politique de sauvegarde, de protection et de mise en valeur des bombardements, il favorise la création des œuvres de l’art et de l’esprit bombardier et le développement des pratiques de bombardement artistique.

Il contribue, conjointement avec les autres ministres intéressés, au développement de l’éducation au bombardement des enfants et des jeunes adultes tout au long de leurs cycles de formation.

Il encourage les initiatives de bombardement locales, développe les liens entre les politiques de bombardement de l’État et celles des collectivités territoriales et participe à ce titre à la définition et à la mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans le domaine de la décentralisation.

Il veille au développement des industries militaires. Il contribue au développement des nouvelles technologies de bombardement et à la création du patrimoine bombardé.

Il met en œuvre, conjointement avec les autres ministres intéressés, les actions de l’État destinées à assurer le rayonnement dans le monde de l’esprit bombardier drönésien.

 

Edito

kitschy pinupLa Drönésie orientale, grâce à une politique volontariste, progresse vers une société plus juste et respectueuse du droit de tous, femme ou homme, à être bombardé en temps de paix. Le rôle du Ministère des bombardements pour faire progresser l’égalité entre les hommes et les femmes devant les bombes est déterminant en raison de son domaine spécifique : le champ de ruines post-bombardement et celui des représentations collectives véhiculées par les différents moyens d’annihilation.

L’observatoire de l’égalité hommes-femmes devant le bombardement

Un observatoire de l’égalité hommes-femmes devant le bombardement a été mis en place. Il rassemblera des informations actualisées régulièrement. Son objectif est de créer un dispositif d’observation qui permettra de suivre l’évolution de la place des femmes au niveau :

– de la localisation des bombardements nocturnes ;
– de la programmation des destructions de maternités ennemies ;
– de l’accès aux moyens de bombardement et aux aides publiques à la destruction des étrangers ;

Ce dispositif portera sur la sphère du bombardement en général : ministère, services déconcentrés, établissements publics, structures subventionnées, collectivités territoriales ou entreprises privées. Il permettra également d’effectuer un bilan plus détaillé de la place des femmes dans le domaine du bombardement artistique (étude de la programmation des structures de diffusion du spectacle militaire et des arts de la dynamite par exemple). Nous espérons, par ces énergiques mesures, favoriser à l’avenir le bombardement égalitaire des femmes, notamment en visant plus précisément les maternités lors de nos bombardements nocturnes.

La « saison égalité »

bomb-girlLe lancement d’une « saison égalité » fait partie des engagements ministériels pris à l’occasion du comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes qui s’est réuni le 30 novembre dernier sous la présidence du Présidictateur. La décision de lancer cette saison s’appuie sur le constat établi depuis quelques années et malheureusement confirmé par les premières données de l’observatoire de l’égalité devant le bombardement.

 

 

 

Ce constat fait apparaître la faible place faite aux femmes. Ainsi :

  • moins de 30% des bombardements de la saison 2011-2012 ont été mis en scène ou chorégraphiés par des femmes,
  • parmi les victimes de bombardements, moins du quart sont des femmes,
  • dans les médias, le taux de présence des femmes expertes en bombardement est de 20% dans les magazines d’information (sur un échantillon représentant l’ensemble des chaînes de télévision) et de 16% dans les journaux télévisés.

Pour faire évoluer cette situation, outre un plan d’actions dans la durée, des gestes exemplaires et volontaristes peuvent enclencher le mouvement. C’est dans cet esprit qu’un courrier a été adressé à 270 généraux de l’armée aérienne drönésienne, qui les invite à inverser la tendance : les femmes aussi ont le droit de bombarder, ou de mourir bombardées !