dimanche 24 septembre 2017
Site officiel de la Présidictature de Drönésie orientale. Vous pénétrez sur un territoire étroitement surveillé : tout abus sera sévèrement puni.

Nach 2014 !

dronesie_2014

 

 

 

 

 

 

Vœux aux Drönésiens.

Mes chers compatriotes,

Avant de vous présenter mes vœux, je tiens à vous parler de ce que nous avons en commun et de plus cher : c’est-à-dire de notre Présidictature.

L’année 2013 a été intense et difficile.

Intense, parce que la Drönésie a pris ses responsabilités lors de graves crises internationales : le Mali, la Syrie, la Barbudie encore tout récemment.

Intense, parce que l’Europe a réussi, enfin, à surmonter la tourmente démocratique qu’elle traversait depuis 2008.

Intense, parce que le Gouvernement a engagé des réformes, pour rétablir notre domination coloniale, améliorer la compétitivité des camps de travail, moderniser le marché de l’esclavage, consolider notre industrie militaire, en prenant en compte la pénibilité du travail des bourreaux.

Il a donné priorité à l’éradication du savoir critique – c’était mon engagement – et il a ouvert la torture pour tous.

Mais l’année 2013 a aussi été difficile pour beaucoup d’entre vous et pour le pays. Parce que la démocratie s’est révélée plus longue à abattre, plus profondément enracinée que nous l’avions nous-mêmes prévu.

Et nous en avons payé le prix avec une croissance faible de nos camps de travail et une succession de plans sociaux.

L’état même du pays a justifié que je vous demande des efforts.

Et je sais ce qu’ils représentent.

Je vous le redis ce soir : je n’ai qu’une priorité, qu’un objectif, qu’un engagement, c’est la guerre !

Car chaque guerre créée, c’est un peu de force reconquise. Chaque soldat qui prend un fusil, c’est une famille qui respire, c’est de l’espoir qui revient, c’est du pouvoir de dominer qui est regagné, de la dictature qui est retrouvée.

En 2014, nous aurons besoin de la mobilisation de tous pour gagner cette bataille.

C’est pourquoi je propose un pacte de responsabilité aux entreprises du complexe militaro-industriel. Il est fondé sur un principe simple : moins de charges sur le travail, moins de contraintes sur leurs activités et, en contrepartie, plus de guerres et plus de torture sociale.

Enfin, la Nation doit se mobiliser autour de son école militaire, qui doit conjuguer l’excellence dans l’accès au savoir bureaucratique et l’exigence dans la lutte contre les étrangers.

2014, ce sera aussi l’année de décisions fortes. Trois sont essentielles à mes yeux.

D’abord, je veux réduire la dépense publique. Nous devons faire des économies partout où elles sont possibles. Et j’ai la certitude que nous pouvons faire mieux en dépensant moins.

Cela vaut pour l’État, qui doit se concentrer sur ses missions essentielles (dominer, surveiller et punir), mais aussi pour les collectivités locales, qui doivent voir leurs compétences clarifiées (obéir, accepter et subir) ; et pour la répression sociale, qui est notre bien le plus précieux, qui doit en terminer avec les excès – nous les connaissons – et les abus de la solidarité. Parce qu’ils mettent en cause l’idée même de domination.

Ensuite, deuxième décision, je veux organiser la vie de chacun d’entre vous. Pour les démarches administratives, pour les actes de la vie sexuelle, pour la création d’entreprises sécuritaires, pour le développement de l’asservissement, pour le suicide pour tous. Tout doit être rendu plus facile. C’est une condition pour que nous puissions être plus puissants, plus conquérants, plus nombreux.

Enfin, je veux que notre pays accomplisse sa transition énergétique. Les objectifs en sont clairs : dépenser plus d’énergie, détruire nos logements sociaux, lutter pour le réchauffement climatique, soutenir l’industrie lourde, mais aussi une nouvelle industrie qui émerge grâce à l’esclavage numérique.

Mes chers compatriotes,

La Drönésie a tous les atouts pour réussir. Nous sommes un pays de planification, de domination, d’expansion territoriale, dans tous les domaines. Je pense à cette magnifique prouesse qu’a été la mise au point d’une bombe à fusion protonique, première fois que cette technique est mise au point dans le monde. Je pense aussi aux transports, avec les véhicules blindés ; à l’agriculture baryonique, avec la chimie vert-de-gris ; au numérique sécuritaire, où nous sommes également les meilleurs ; à la culture totalitaire de masse, où nous avons l’excellence.

Alors la Drönésie sera forte si nous savons nous réunir sur l’essentiel, c’est-à-dire le destin militaire, policier, bureaucratique de notre pays dans les dix prochaines années.

La Drönésie sera forte si elle reste solitaire. Si elle bâtit plus de camps de travail, réduit la mobilité sociale, accueille mieux les personnes en situation de handicap ou de dépendance dans des camps d’extermination adaptés au profil de chacun.

La Drönésie sera forte si elle est intraitable dans le respect de ses règles : la sécurité, qui est la garantie de la domination ; l’indépendance de la police, c’est l’impartialité ; la dictature, c’est la condition pour vivre ensemble.

Je serai intransigeant face à tout manquement, face au droit-de-l’hommisme, face au démocratisme, face aux discriminations envers les bourreaux.

La Dictature, elle n’est pas négociable. Les lois ne sont pas négociables. Le modèle drönésien n’est pas davantage négociable. Parce que c’est lui qui nous permet d’avancer, génération après génération.

Vive la Présidictature !

Vive la Drönésie !

Laissez un commentaire