mardi 21 novembre 2017
Site officiel de la Présidictature de Drönésie orientale. Vous pénétrez sur un territoire étroitement surveillé : tout abus sera sévèrement puni.

Tourisme solidaire en Drönésie

Vivez une expérience authentique !
Ayez un regard avisé sur la situation actuelle de la Drönésie, allez à la rencontre de ses habitants et de sa culture totalitaire millénaire. Participez au développement économique et militaire local, tout en respectant les règles sécuritaires du pays.

Loin de l’offre touristique de masse, la Drönésie est une destination originale et tournée vers l’avenir.

Votre voyage (formule 3 jours – découverte culturelle de la Drönésie) :

Jour 1 : Départ de Paris à 4h30 du matin

Un bus blindé vous prend à votre domicile et vous conduit à l’aéroport international. Un petit déjeuner typiquement drönésien vous est servi durant le trajet de 14h en autoroute : criquets au baryum 116 et croquettes de lézards tryoniques grillés dans de l’huile de moteur de bombardier B52. Un délice !

bus blindé

Le bus blindé est le moyen de transport le plus populaire en Drönésie.

En montant dans le bus, Helmutt, votre guide assermenté, vous distribue d’élégants colliers qui nous permettrons de vous suivre à la trace où que vous soyez : en toute liberté, vous n’aurez aucune crainte de vous perdre en Drönésie.

guide

Helmutt, notre guide assermenté et ses jolis colliers drönésiens. Helmutt parle couramment deux langues : le drönésien, bien sur, et le serbo-croate. Une garantie d’interculturalité !

Arrivés à l’aéroport international de Drönésie Orientale, vous descendez du bus et montez immédiatement dans l’avion. Dans une perspective de tourisme solidaire, nous vous proposons, durant le vol, de larguer des paquets cadeaux et des produits de première nécessité pour les populations locales que vous survolerez : c’est la garantie éthique et culturelle d’un tourisme responsable.

b-1bombing2

Vol solidaire : des denrées de première nécessité sont larguées sur les villes et campagnes durant les 8h de vol au dessus de la Drönésie orientale

Durant le vol, Helmutt vous proposera des dossiers culturels pour mieux appréhender la société contemporaine drönésienne : articles de la presse gouvernementale, code juridique et constitution du pays. Ces 250 pages sont à apprendre par cœur avant l’arrivée. Elles vous aideront à vous débarrasser des préjugés colportés par la presse des pays démocratiques, et favoriseront ainsi le respect de la dictature drönésienne. Les échanges avec les prisonniers locaux seront d’autant plus riches.

Arrivée à 23h30 à l’aéroport régional de Drüümstaadt Über Carpetbombing The People.

La petite ville carcérale de Drüümstaadt Über Carpetbombing The People est une agréable localité construite en 2013 autour d’une prison de Très Haute Sécurité. Durant la nuit, vous serez hébergés dans un Centre Frigorifique Touristique agréé par l’Office de Répression des Déviances Touristiques.

Le réveil se fait dans la grande tradition drönésienne : le clairon sonne dès 4h30 du matin, et les chiens de combat sont lâchés dans le Centre Frigorifique Touristique. Vous avez alors 2 minutes pour faire votre lit, attraper votre paquetage réglementaire, et vous rendre à l’accueil où les retardataires seront fouettés : un coup de fouet pour chaque minute de retard. En Drönésie, le peuple aime l’ordre et la discipline !

A 4h36, un bus blindé viendra prendre les survivants et vous conduira à la première étape culturelle du voyage : une tournée matinale dans les faubourgs de Krääästadt Les Barbelés, où les Brigades d’Intervention Armées traquent les clandestins avec l’aide de souris de combat génétiquement modifiées. Leur taille est d’un mètre 25 cm, elles pèsent 85 kg, et leurs dents contiennent un venin qui inocule l’ébola. Ces charmants quadrupèdes, amis de l’humanité, aident les Brigades d’Intervention Armées dans leur juste combat contre des populations plus habituées à l’indolence tropicale de nos ennemis héréditaires, les ignobles Barbudos, qu’à la saine discipline drönésienne. Avec un peu de chance, en suivant ce safari culturel, vous aurez la chance d’assister à la capture et à l’exécution d’enfants barbudiens clandestins.

Tourisme culturel en Drönésie avec les Brigades d'intervention Armées et leurs fidèles souris de combat transgéniques.

Safari culturel en Drönésie avec les Brigades d’intervention Armées et leurs fidèles souris de combat transgéniques. Les touristes, charmés par ce premier contact avec les traditions drönésiennes, profitent du paysage exotique des faubourgs de Krääästadt Les Barbelés pour faire quelques photographies.

Une fois le safari culturel terminé, et les exécutions menées à bien, le clairon sonne la retraite et vous êtes invités à rejoindre sans plus tarder le bus blindé. Il est alors 6h30 du matin, et le jour va se lever sur la banlieue de Krääästadt Les Barbelés. Nos gardes armés vous conduisent au restaurant Le Bunker, où une collation typiquement drönésienne vous sera servie : criquets au baryum 225 et croquettes de lézards OGM grillés dans de l’huile de moteur de bombardier furtif F5. Un régal !

A 6h36, une fois ce copieux déjeuner englouti, le bus démarre et emprunte la célèbre Nationale 666, également appelée “Route de la mort qui tue” en raison des fréquents bombardements terroristes au gaz sarin qui visent les localités qui la bordent. Mais aucune crainte : votre bus blindé est équipé  d’un détecteur de sarin ultra-moderne, et vos gardes disposent de masques de survie. Le voyage durant 24h, de fréquents arrêts sont planifiés afin de déposer les cadavres de vos camarades qui n’auraient pas supporté le sarin dans les fosses communes aménagées par le Service de Tourisme Mortuaire de la Province 666.

Un arrêt est prévu dans la ville de Sproiiiikzst Balam BumBadaf Und Krastoviestchÿxx, réputée pour son patrimoine architectural post-apocalyptique.

Sproiiiikzst Balam BumBadaf Und Krastoviestchÿxx, une ville typiquement post-apocalyptique en zone de combat rapproché. Les touristes, heureux, en profitent pour faire quelques selfies.

Sproiiiikzst Balam BumBadaf Und Krastoviestchÿxx, une ville typiquement post-apocalyptique en zone de combat rapproché. Les touristes, heureux, en profitent pour faire quelques selfies.

La nuit tombant tôt sous nos latitudes, vous serez logés dans les douves du Centre de Rétention Administrative de Sproiiiikzst Balam BumBadaf Und Krastoviestchÿxx, où un délicieux repas gastronomique vous sera servi : des œufs de cafards irradiés au baryum 254 et des cuisses de lézards OGM grillés dans de l’huile de moteur de tank Panzer. Quel bonheur pour les papilles !

Jour 2 : rencontre avec les populations locales.

Le réveil se fait dans la tradition millénaire de Sproiiiikzst Balam BumBadaf Und Krastoviestchÿxx : à 4h25, les sirènes sont déclenchées dans vos chambres et des gardes armés accompagnés de souris de combat mutantes s’égaient dans les couloirs. Des coups de feu claquent, invitant aimablement les retardataires à gagner d’urgence l’accueil où une trépanation préventive est proposée aux plus chanceux. Les survivants se verront offrir un délicieux petit déjeuner : des lentes de poux mutants gazés au méthane et des ailerons de lézard transgéniques grillés dans de l’huile de moteur de Porsche Carrera GT : rien de tel pour se réveiller de bonne humeur !

Le bus blindé démarre à 5h du matin et vous emmène alors visiter un marché artisanal dans le centre ville de Merzbow City, à 800 km : vous y arrivez après 12h de route.  Les habitants de Merzbow ont un savoir faire ancestral dans la fabrication artisanale d’armes légères et de cocktails Molotov. Les activistes du monde entier y viennent pour ramener des cadeaux originaux à leurs enfants : mitraillettes AK 47, fusils d’assaut Uzi, bombes artisanales, etc. Il y en a pour tous les goûts, et pour tous les amateurs de 7 à 77 ans.

Le marché artisanal de Merzbow : des touristes Indiens essaient des armes légères, fabriquées par les habitants.

Le marché artisanal de Merzbow : des touristes Indiens essaient des armes légères, fabriquées par les habitants.

Vous rencontrerez un drönésien de souche typique, adepte de la défense passive : Manuel Vallsechenkinovich vous accueillera dans sa fabrique artisanale de cadeaux de noël. Il vous fera découvrir son savoir faire local, et vous pourrez discuter avec des membres de l’ONG Al Quaeda qui participe au développement économique en contribuant au maillage territorial des acteurs locaux dans toute la province.

Manuel Vallsechkinovich, un drönésien de souche typique.

Manuel Vallsechkinovich, un drönésien de souche typique.

Le soir, vous serez hébergés dans les sous-sol du puits d’un ancien carreau de mine de Baryum 237, dans les faubourgs de Dodheimsgard Staadt. Les galeries ont été aménagées en dortoirs, et nos gardes armés vous initieront à la chasse aux cafards mutants, ainsi qu’à leur cuisson. Avec un peu de chance, vous attraperez également quelques délicieux lézards fluorescents que les habitants accommodent en les grillant dans de l’huile de moteur de fusée Pluton : un plaisir gustatif à apprécier sans limite !

Jour 3 : à la découverte des célèbres ruines de Donald Ville.

Le réveil est plus tardif à Dodheimsgard Staadt qu’ailleurs, à cause des émanations de tritium résiduel qui interdisent l’accès aux étages supérieurs de la mine avant 5h du matin. C’est pourquoi les souris de combat géantes et les gardes armés ne seront lâchés qu’à 5h01, et vous n’aurez alors que 18 secondes pour vous habiller et ranger votre paquetage réglementaire, puis 1 minute 30 avant de rejoindre les étages supérieurs. Les retardataires seront précipités du haut des terrils.

Le bus blindé traversera la magnifique région des Combats Éternels, où des millions de squelettes calcifiés de prisonniers politiques drönésiens largués par avions cargos ont créé les paysages typiques dits des “collines mortuaires”. Ensuite, après une route de plus de 8000 virages en épingles à cheveux, le bus blindé atteindra Donald Ville, où eurent lieu les combats mythiques entre Dröne XXVII (dit “Le Grand Pacificateur”) et son ennemi héréditaire El Barbudo Con Carne. Plus de 500000 soldats périrent dans des combats d’une rare violence (à l’époque, les seules armes connues étaient la hache de guerre et le gourdin clouté), et où les populations civiles ne furent pas épargnées. Les ruines de la ville se visitent, et font maintenant partie du patrimoine historique de la Drönésie Orientale. Elles ont été inscrites sur la liste du patrimoine local de l’Union Nationaliste Eschatologique Supérieure des Contrées Orientales (UNESCO), ce qui leur assure une visibilité remarquable sur les guides de tourisme du monde entier : des queues de plus de 8 heures sont à prévoir aux guichets, mais les bus blindés affrétés par la Compagnie Drönésienne du Tourisme Carcéral ont la priorité, et votre attente ne sera que de 7h45. Nous mettrons à profit ce court temps de repos pour vous servir une délicieuse collation : des élytres de cafards farcies à la graisse de baleine et des ovaires de lézard transgéniques grillés dans de l’huile de vidange de moteur de cargo. Saveurs maritimes garanties, les côtes de l’Océan de la Dévastation ne sont en effet pas loin !

Bronzage et pause boisson dans les ruines de Donald Ville.

Pour que les enfants ne se sentent pas délaissés, un spectacle traditionnel local est prévu : il présentera des danses évoquant les riches heures de Donald Ville et les joies de la consommation de masse sur les côtes de l’Océan de la Dévastation. En effet, avant que l’Océan de la Dévastation ne soit asséché lors de la grande sécheresse drönésienne, Donald Ville était un port florissant. Hélas, lors de la grande guerre contre El Barbudo Con Carne, les cadavres ont empli le port et suite au réchauffement climatique (à l’époque du Gros Âge glaciaire d’Allègre, en -800 avant Dröne XXV) la ville s’est trouvée éloignée de 50 km de l’océan. Les chants et les danses des personnages mythiques de la Grande Guerre représentent les faits d’armes des donaldiens, qui se déguisent en souris mutantes de combat. Les deux personnages mythiques de MyCkey Räätus Norvegicus et Minnie la Salope Blindée, évoquent par leurs pantomimes et par diverses pitreries la victoire du capitalisme financier sur les idéologies humanitaires déviantes d’El Barbudo Con Carne.

MyCkey Räätus Norvegicus et Minnie la Salope Blindée

MyCkey Räätus Norvegicus et Minnie la Salope Blindée

Avant de repartir, vous aurez le temps de faire un peu de shopping dans les rues commerçantes de la ville.

Donald Ville, une ville où il fait bon vivre et se promener en amoureux !

Donald Ville, une ville où il fait bon vivre et se promener en amoureux !

Le bus blindé repartira ensuite pour les côtes enchanteresses de l’Océan de la Dévastation, dernière étape de notre voyage en Drönésie. Nous y arriverons le soir, juste à temps pour faire de magnifiques photographies du lagon et pour profiter des bains de mer nocturnes.

Un selfie devant le lagon !

Un selfie devant le lagon ! Laissez tous vos problèmes derrière vous et détendez-vous en Drönésie.

Depuis le port de Pearl Bulgour, qui fut bombardé par les Barbudos en 1967, ce qui déclencha le Grand Siècle des Représailles Atomiques, vous embarquerez pour un ferry blindé qui vous ramènera en principe sains et saufs en Allemagne sur les côtes de la Baltique, d’où vous pourrez faire du stop jusqu’à Paris. Mais avant cette petite marche apéritive, un dernier repas vous sera servi sur le ferry blindé. De somptueuses brochettes de lombrics phosphorescents radioactifs accompagnées d’yeux de lézards sodomites grillés dans de l’huile de vidange de bus Berliet. Le meilleur de la tradition culinaire drönésienne !

Laissez un commentaire