mercredi 22 novembre 2017
Site officiel de la Présidictature de Drönésie orientale. Vous pénétrez sur un territoire étroitement surveillé : tout abus sera sévèrement puni.

Qu’est-ce qu’un échantillonneur ? (Comment se foutre de la technique. Humour shadockien)

Posté sur fr.rec.arts.musique.electronique à une époque où j’y sévissais encore…

Un échantillonneur est au son ce que le couteau est au steack : une machine à découper. Un échantillonneur (sampler, in english) découpe le temps selon une fréquence d’échantillonnage, et comme le temps, c’est de l’argent, plus il découpe de petits morceaux, plus il coûte cher.

Pourquoi découper le temps alors que les montres s’en chargent très bien ? Bonne question, merci de me l’avoir posée. Un échantillonneur est donc une montre qui traite le son comme le temps : en le découpant. Mais une montre n’a pas d’oreille. Un sampler si. Quand il tend ses deux oreilles vers une source sonore, le sampler est dit “en arrêt”. Comme le chien du même nom, il est alors capable de capturer sa proie, et, l’ayant découpée, de la stocker dans son ventre digital afin de la régurgiter à la demande.

Finalement, puisqu’un sampler rumine, on peut le considérer comme une vache. Comme certaines vaches, les samplers disposent de taches noires et blanches : un clavier permet alors au sampler de mémoriser la pression des doigts d’un musicien. De sorte qu’un sampler est aussi comme une machine à écrire, sauf qu’au lieu d’écrire des lettres, le sampler joue des notes. Il s’agit alors d’un sampler-sequencer, race mutante qui apparaît à l’orée des années 80.

Lorsqu’un échantillonneur est couplé à un séquenceur, il est dit “asservi”, et l’on ne saurait moralement accepter une telle situation d’esclavage dans le pays de Voltaire et Rousseau. L’échantillonneur doit alors briser ses chaînes, ce qu’il fait très bien, ayant été défini plus haut comme une machine à découper.

Un échantillonneur est en effet au son ce que le couteau est au steack : une machine à découper…

Laissez un commentaire