Neurocircus + friends live @ Chicken Party

Le 21, 22 et 23 Février 2003, quelque part dans l’Hérault…

On a organisé cette soirée en mettant en commun nos réseaux, histoire de créer un choc culturel (entre free party et vieux d’la vieille, entre tek, dub, electronica et tribe, et entre VJing et web-art). Trois jours et deux nuits sans dormir, avec plus de 150 personnes dans une maison en pleine campagne, et avec un line-up… excellent !

Merci à Patman pour la réalisation de ce flyer, d’autant que comme il s’agissait

d’une fête privée, et qu’on voulait rester discrets, il n’a pas été diffusé avant !

Le Line-Up global des trois jours de teuf :

Ainsi donc cette idée de rassembler une bande de fous venus d’un peu partout en France pour un week-end en terre montpelliéraine avait fini par se concrétiser. L’occase avait été fournie par Raph, prétextant un anniversaire, mais l’idée avait germée lors d’une rencontre entre Raph et drÖne : et si on organisait une teuf de manière différente ? En privilégiant l’éclectisme musical plutôt que l’enfermement dans le hard-tek-hard-core, mais sans renier notre plaisir pour la musique qui tape dur ? En variant le tempo et en faisant la part belle aux VJ ? En mélangeant les générations et les milieux culturels ? En faisant ça de manière privée, et en prenant le pari que moins nombreux on serait, plus cool serait l’ambiance ? Et si on retrouvait le goût des fêtes où l’on se parle ? Où un cadre rencontre un free-parteux RMIste, et où un prof discute avec un maçon ?

L’idée avait ensuite été développée sur Room 101, en secret. Durant deux mois, on a préparé la fête dans un forum invisible au public, histoire d’être le plus certains possible que seuls les proches et les amis des proches seraient invités. L’objectif : être moins de 100 personnes, pour que la parole puisse circuler et pour éviter le stéréotype de la free-party (grosse défonce/chiens/capuches fermées et pas de sourire surtout !). Après ces deux mois de brain-storming, le grand jour était enfin arrivé… Cela devait durer trois jours et deux nuits : du vendredi soir au lundi matin :

Vendredi soir, les premiers arrivants étaient accueillis par Milie dans un gîte sis au bord du lac du Salagou, avant que Jul et Raph ne débarquent bien à la bourre. Ces trois là sont responsables de tout ce bonheur, qu’ils en soient oints. Il y avait déjà : Juko, Brice et Jade de Paris ; Olivier F. venu de Reims avec des forces vives de la nation (Pof et son pote) et étant passé par Lyon pour prendre Dröne ; Bituur Extrem et Rico da Halvarez , les allumés de vnatrc.net (et Bordelais) ; enfin marco et Syl20, graphiste du projet Mekamemories, aussi de Bordeaux. Salutations, prises de contact et premières têtes mises à l’envers (au vin du sud-ouest).

On ze road :

Le lac du Salagou :

Pour une soirée d’installation tranquille pépère, cela commença plutôt à donf : à peine le son posé, le soundblaster cessa d’éructer du dub pour laisser place à des rythmes bien plus électroniques, quoique assez jungle, Jul et Pof servant un peu de boum-boum pour varier les vibes. Une cinquantaine d’invités (ou non) apparurent comme par magie, les ienchs se baladaient un peu partout, la piste de danse se remplit. Les toasters fous (Vince Bluefaya et MC Garry) attaquent alors avec de l’excellente jungle/ragga. A neuf heures du mat, les kicks martelaient encore les pauvres caboches fatiguées des voyageurs.

JuL aux platines :

Autant dire que la journée de samedi fut plutôt molle et dans le pâté. Opération nettoyage et préparation de LA grosse soirée. Le matos fut installé dans la mezzanine, qui peu à peu se transforma en cabine de pilotage d’un vaisseau spatial. Des platines, des claviers, des ordinateurs partout… ça sentait la high-tech. Débarqua ensuite le vidéoproj qui voyageait avec SpeedyJack, Squal et Öko System depuis Marseille.

L’arrivée de Patman et ses potes bretons permit d’attendre sereinement, tandis que la salle se remplissait de plus en plus d’affamés de nartek… qui restèrent sur leur faim un bout de temps. La Chicken était placée sous le signe du mélange, de la découverte et du voyage. Désolé, pas que du boum-boum. Des crêpes et du préfou aussi (une spécialitée vendéenne préparée par Patman). Le temps de finir l’installation et c’était parti (pendant ce temps-là, Juko est à la recherche d’un câble scsi, dégotté par miracle au dernier moment).

Mika (Trionyx) commence par un set hip hop breakbeat super sympa. Puis Rico (Loubia Dobb System) mixe dub sur une installation images/textes de Bituur (voir http://vnatrc.net/YAST/) pour se faire une idée).

Loubia Dobb System :

Vers minuit, Juko joue live, tandis que Bryce balance de l’image psychédélique. On est toujours mid-tempo, les cheppers commencent à craquer, les autres apprécient le voyage.

JuKo live :

Brice_K au mix VJ :

Ze people qui dansent :

Sur la mezzanine :

Dröne vs Vortex (SpeedyJack et Squal) jouent un set très rythmique et martial. Whaouuuuu ça cogne, ça grouille et les bestioles de Squal sont vivantes ! Pour avoir une idée des images de Vortex : http://speedyjack.free.fr/vortex/pages/jivaros.html

Dröne vs Vortex :

Dröne vs Vortex :

Olivier F. entame la distillation d’un gros son tek hard tek pendant que marco
nous emmène aux confins de l’espace, de vol de cargos stellaires en terraformation de planètes. Les gens continuant d’arriver, on finit par se retrouver environ 150 à 200 personnes… et pas que des invités ! L’effet SMS a encore frappé…

Olivier F :

e-troubadour marco au mix VJ :

En général, quand marco est en teuf, à un moment donné on le surprend en train d’écrire frénétiquement sur un petit carnet. Ce soir-là ça a donné une série de poèmes.

Ze people qui dansent :

Puis vient l’heure du professeur Tournesol qui derrière ses machines rebondit comme un diable à ressort et envoie du pur Öko System pendant qu’Agnès, assistée de Squal et SpeedyJack, nous bombardent les yeux. Set ravageur pour les oreilles et les yeux !

Öko System live :

C’est pas bientôt fini les flashes dans la gueule ?

A suivi un set d’Alix qui joue hard tek très pitché, et accompagné du live VJ de SpeedyJack. Groove et dansant. Le jour se lève sur le set de GuYoM d’Öko System et ses vibes goa pour détendre tout le monde… hormis un ou deux pétages de plombs genre Ludwig von 88 (on aura noté tout au long de la soirée l’effet carton des Bérus, dont Lobotomie semble un hymne du côté des chepers de Montpel). On retrouve, toujours au mix VJ, SpeedyJack qui accompagne GuYoM avec ses pixels hypnotiques et son cut-up visuel.

Tout cela se termine sur un set hard jungle / tribe de Vince et Mika again.

Dimanche au goût d’after n’en finissant pas. Trop dur de virer le noyau de braillards qui salissent à mesure que tu ranges et finalement obligé de faire le pas sympa pour qu’ils comprennent.

Fin de journée + cool avec petits grignotage et rangement progressif. Le Neurocircus part, et l’Organisation se retrouve tous les trois (Raph, JuL et Milie) avec nos chers bretons qui tiendront compagnie jusqu’au bout. Repas chaleureux et couchés à 21h. Le lundi se passe entre serpillière et éponge et une fois le gîte rendu, on se dit qu’on s’est quand même fait une de ces soirées énormes à ne pas oublier.

Mais au fait : pourquoi ce titre, “chicken Party” ? Hein ? Pourquoi ? C’est en partie à cause d’une BD de Shelton qui nous a bien fait rire…

Photoz : Bryce_K

Teuf report : Raph, marco et drÖne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *